Partie 1/2

Le « Myanmar Gender Baseline Report » d’ENERGIA et le « Myanmar Cookstove Market Assessment» mené par Emerging Market Consulting (EMC) sont sortis en août 2015.

« L’étude de marché, supervisée par le GERES, est une étape importante pour le développement de l’utilisation durable de la biomasse au Myanmar. Notre pays manque de recherches fiables et détaillées et ces études sont d’une grande valeur pour les chercheurs, de même que pour les professionnels du secteur. Face aux risques de l’exploitation commerciale effrénée et de l’accroissement démographique, nous devons réduire la pression sur cette précieuse ressource naturelle que sont les forêts du Myanmar. » Témoigne le professeur Aung Kyin*.

Les objectifs du programme ? Donner l’accès à des solutions de cuisson améliorées à 300 000 familles, et en particulier dans les zones rurales et péri-urbaines ; soutenir un nombre croissant de producteurs, à commencer par les 30 déjà impliqués dans le programme ; produire 10 000 foyers améliorés par mois, créer une alliance nationale pour les foyers améliorés avec pour objectif de proposer un cadre de régulation pour ce marché et engager un dialogue politique sur les règles régissant ce marché.

Les résultats de ces études sont essentiels pour adapter la réponse du GERES au contexte et ainsi relever ces défis.

LA METHODOLOGIE

EMC a rassemblé des données sur les régions d’Ayeyarwady, Bago, Mandalay, Magway, Tanintharyi, Yangon et sur l’État Shan.

Ils ont divisé la population en trois segments différents : les personnes vivant en zone rurale, celles vivant en zone péri-urbaine, et celles vivant en zone urbaine. L’écart qui existe entre la vie en zone rurale et celle en zone urbaine est particulièrement important et concerne presque tous les secteurs étudiés dans l’étude.

EMC s’est focalisé sur le macrocontexte, les combustibles et leurs usages, l’industrie des foyers de cuisson, les impacts sociaux, environnementaux et sur la santé des personnes, l’analyse des comportements et préférences des consommateurs et enfin le contexte politique.

ENERGIA apporte une approche genre sur le secteur et plus généralement sur le pays. Leur équipe, appuyée par le GERES et EGG, partenaire de SCALE, a réuni des données sur les tâches et le rôle des femmes et des hommes au sein de leur foyer, sur leurs investissements, leurs achats, leurs pratiques culinaires, les usages des foyers et les besoins, la récolte de combustible, mais aussi sur la chaîne de distribution des foyers améliorés, etc.

A travers des entretiens avec des informateurs clef, des producteurs, des revendeurs, le sondage des ménages, l’analyse de la chaîne de distribution et des recherches documentaires, les deux équipes ont rassemblé des données suffisantes pour pouvoir mener à bien des analyses précises de l’ensemble du secteur des solutions de cuisson.

DES RESULTATS A GRANDE ECHELLE…

Les résultats de l’étude d’EMC sont encourageants au niveau du pays qui se rouvre au monde depuis les dernières élections, en 2010. Ils notent un effort conséquent de la part du gouvernement qui encourage une nouvelle dynamique et renforce le secteur énergétique.

De plus, le pays devrait devenir un axe de commerce régional majeur étant donné sa situation géographique, entre l’Inde et la Chine.

… A UNE APPROCHE GENRÉE

Certains résultats concernent le pays entier, tel que le taux d’alphabétisation qui est plus élevé pour les femmes que pour les hommes, ou encore les différences de salaires, qui est plus bas pour les femmes que pour les hommes :

« Les femmes sont payées 500 à 1000 MMT [Myanmar Kyat] de moins que les hommes, sur la base d’un salaire quotidien. » (ENERGIA)

Différents secteurs : l’éducation, le monde du travail (formel et informel) mais aussi de la santé, pour ne citer qu’eux, sont décryptés de la même façon, à travers cet angle « genré ».

Cette vision globale sur les différences entre hommes et femmes dans le pays apporte des clefs de compréhension sur la place de chacun dans la société.

POURQUOI CETTE APPROCHE SUR LES GENRES ?

Premièrement, les personnes qui cuisinent, collectent les combustibles et s’occupent des tâches ménagères sont majoritairement les femmes.

Le projet prévoit de soutenir au moins 5 groupes de femmes qui ont travaillé dans ce secteur durant 15 difficiles années et parviennent enfin à tirer profit de leur labeur. Le projet a pour but de renforcer et d’améliorer leur production afin qu’elle atteigne une plus large échelle. Ces femmes seront aussi un modèle pour d’autres productrices souhaitant atteindre un niveau de production industriel.

Pour creuser un peu plus les questions des combustibles, de santé, de la production des foyers améliorés… Rendez-vous la semaine prochaine pour la partie 2 !

Santé, environnement, chaîne de valeur, de nombreux autres sujets sont couverts par l’étude et nous vous invitons à les lire si vous souhaitez avoir une vision globale et précise du secteur de l’énergie de cuisson au Myanmar :

- The Myanmar Cookstove Market Assessment by Emerging Market Consulting (EMC)

- A complimentary gender assessment carried out by ENERGIA International Network on Gender and Sustainable Energy (ENERGIA)

* Qui est le professeur Aung Kyin ?

Le Professeur Aung Kyin est ingénieur forestier diplômé en Allemagne. Après plusieurs années à travailler à l’Institut de Recherches sur les forêts, il s’est ensuite intéressé aux foyers améliorés et s’est engagé dans le secteur de l’accès à l’énergie pour aider à son développement. Il est reconnu comme l’un des experts référents dans le domaine de l’environnement au Myanmar.

SCALE - Strengthening improved cookstove access towards a better quality of life and environment

This project is funded by the European Union

ENERGIA est un Réseau International sur le Genre et le Développement Durable et assiste le programme SCALE sur la question des genres.

Emerging Markets Consulting (EMC) soutient de grandes multinationales pour comprendre les marchés locaux et développer des stratégies d’entrée sur les marchés ainsi que les entreprises locales souhaitant se développer.

© StovePlus, un programme du GERES
Ce projet est financé par l'Union Européenne, le FFEM, la Fondation RAJA et la Fondation Lord Michelham of Hellingly