Mali

Mali

Exporté pour la première fois à Liverpool, au Royaume-Uni, le beurre de karité y sera ensuite exporté durant près d’un siècle. Il était utilisé comme graisse entrant dans la composition de la « margarine ». Le beurre a ensuite été vendu à l’international et était utilisé couramment dans les années 50 et 60 pour la fabrication des confiseries, des cosmétiques et des produits pharmaceutiques.

Face à un accroissement rapide de la demande ces vingt dernières années, la charge de travail, les dépenses en eau et en énergie sont entrés au cœur de nouvelles réflexions pour que les producteurs puissent soutenir la demande lors du traitement des noix de karité et de la production du beurre.

Objectifs

Le projet pilote vise en particulier la chaîne de production au Mali afin de développer un procédé de production du beurre de karité au bilan carbone neutre.

L’étude de terrain a pour objectif:

o d’apporter une meilleure compréhension des comportement énergétique des familles et des producteurs de beurre de karité afin d'aider à informer sur les choix des foyers et d'améliorer l’adoption des appareils sur le long terme

o de tester les capacités des foyers pour la transformation des produits agricoles et en particulier pour la production de beurre de karité

o d’analyser la durabilité des foyers en situation réelle

o de mieux comprendre le rôle des membres de la famille ou de la coopérative lors de la transformation des noix de karité et lors de la préparation des repas

o d’améliorer le suivi local et l’évaluation des capacités pour mesurer la consommation de combustible, les faiblesses et l’adoption des foyers améliorés

Production de beurre de karité Mali

Notre intervention, les services fournis

Tests et R&D

Offrir la technologie la plus appropriée pour la production du beurre de karité : l'étude pilote prévoit d'améliorer les foyers existants grâce à des tests et à la R&D

En savoir plus sur le service: Tests et R&D

Recherche et Plaidoyer

Apporter des données précises à l'étude et des clefs de compréhension pour permettre une analyser en profondeur des données collectées. La partie plaidoyer permet d'informer sur les bénéfices des foyers améliorés comparés aux cuiseurs traditionnels que les producteurs ont l'habitude d'utiliser

En savoir plus sur le service: Recherche et Plaidoyer

Accès au financement

L'étude vise à apporter des pistes de financements pour la production du beurre de Karité auxquels les acteurs peuvent prétendre ou encore explorer afin d'aller de l'avant et de devenir à terme viable

En savoir plus sur le service: Accès au financement

Suivi et Évaluation

Afin d'obtenir une qualité constante, les producteurs doivent assurer des suivis et des évaluations sur l'ensemble de la chaîne de valeur et mettre en place les bonnes pratiques et leçons apprises sur le terrain

En savoir plus sur le service: Suivi et Évaluation

Partenaires

Katene Kadji

Traditionnellement cueillies par des millions de femmes, les noix de karité poussent sur les arbres peuplant les parcs arborés comme les vastes territoires de la savane africaine. Le beurre de karité est probablement l’une des huiles végétales comestibles les plus anciennes de l’humanité. Depuis des siècles, les explorateurs publient leurs recherches sur ce produit. L’huile extraite à la main après la cuisson ou encore les noyaux séchés du fruit sont utilisés en Afrique Sub-Saharienne pour la cuisine, les soins de la peau et la médecine. Il est probable que le beurre soit consommé depuis des millénaires. Au Nord du Burkina Faso, des trouvailles archéologiques témoignent de l’existence de parcs d’arbres à karité datant de plus de 1000 ans et les preuves se multiplient sur l'utilisation du beurre de Karité dans l’ancienne Egypte, il y a plus de 6000 ans.

Les défis

Cette étude, implémentée par StovePlus, vise à améliorer les connaissances sur la réduction de la consommation de combustible, et ainsi des émissions carbones durant les deux plus longues étapes de cuisson lors de la production de beurre de karité.

Le foyer « rocket » amélioré qui résultera du projet aura une meilleure efficacité et sera moins polluant par rapport aux foyers traditionnels auxquels les producteurs sont généralement habitués.

Ainsi, en proposant l’utilisation de ces appareils, les cuiseurs devront convaincre les utilisatrices de se faire adopter grâce à leurs capacités à répondre aux besoins et aux préférences des utilisateurs.